JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • angestellte teaser schmal

Newsroom

S'informer.

Comprendre les enjeux.

Mesures Covid : le Conseil fédéral reste strict

Vendredi, 19. Mars 2021
Le Conseil fédéral ne s’est pas laissé influencer par les demandes d’ouverture et continue de faire preuve de prudence ; il renonce, à une petite exception près, à un deuxième assouplissement. Ce faisant, il tient compte des critères qu’il s’est fixés pour une ouverture supplémentaire – trois sur quatre seulement étant remplis. 

 

Le Conseil fédéral envoie le bon signal. Du point de vue d’Employés Suisse, cette démarche prudente est judicieuse, car c’est le meilleur moyen d’éviter de devoir resserrer la vis et d’avoir un effet yo-yo. Employés Suisse estime qu’elle permettra de sortir plus rapidement de la crise.

 

Le report de nouveaux assouplissements est raisonnable compte tenu de l’augmentation du nombre de cas et d’un taux de vaccination encore faible. Mais maintenant, le nombre de tests et de vaccination doivent augmenter rapidement pour que la population en Suisse puisse être sûre qu’elle pourra bientôt profiter de la vie sans restrictions sévères.

 

Nous devons toutes et tous continuer à être très prudents et faire preuve de persévérance. Nous ne devons pas être tentés de devenir insouciants maintenant, malgré le printemps, comme nous l’avons été après la première vague. Chaque personne doit exercer sa responsabilité personnelle de manière disciplinée et se protéger elle-même et les autres. Les employeurs doivent remplir leur devoir de diligence et veiller à ce que les plans de protection continuent d’être strictement appliqués.

 

Employés Suisse se réjouit que l’obligation du télétravail soit également maintenue pour le moment. Le télétravail a fait ses preuves dans la majorité des cas et est assez populaire dans la population active. Cette obligation ne devrait être levée que lorsque des tests réguliers seront effectués de manière générale et que davantage de personnes auront été vaccinées. Mais même s’il n’y a plus d’obligation, les employeurs doivent toujours permettre à leurs employés de travailler par moments à domicile s’ils le souhaitent.

 

La loi COVID-19, qui permet à la Confédération d’affecter jusqu’à 12 milliards de CHF aux cas de rigueur, tient également le cap. Cela signifie que 9,5 milliards de CHF de plus sont disponibles, ce qui est une bonne nouvelle pour les entreprises secouées par le coronavirus. Un référendum a été lancé contre la loi COVID-19, l’ancienne version – non pas à cause de l’argent, mais parce qu’elle donne trop de pouvoirs au Conseil fédéral. Il a pour but d’empêcher que les compétences du Conseil fédéral relevant du droit d’urgence pendant la pandémie soient légitimées rétroactivement et prolongées jusqu’à fin 2021. Le peuple se prononcera sur cette question le 13 juin. S’il était rejeté, le soutien financier aux branches concernées serait également caduc, ce qui serait très mauvais pour notre économie. Pour cette raison déjà, la loi doit être approuvée. Aux yeux d’Employés Suisse, les craintes que le Conseil fédéral puisse abuser de son pouvoir ne sont pas fondées.

 

Si nous parvenons à avancer avec succès sur la voie des assouplissements prudents, nous pourrons alors avoir confiance dans le fait que nous pourrons progressivement laisser la crise de COVID-19 derrière nous.
Employés Suisse
Identification
Contact
Recherche