JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • angestellte teaser schmal

Newsroom

S'informer.

Comprendre les enjeux.

Licenciement et chômage : quelques conseils

Mardi, 02. Mars 2021
Le coronavirus n’a pas seulement un fort impact sur la santé de plusieurs milliers de personnes en Suisse, il en a également sur leur situation professionnelle.

 

De nombreuses personnes se sont retrouvées au chômage depuis le début de la pandémie. La situation est également compliquée pour les jeunes qui ont fini leurs études et qui souhaitent entrer sur le marché du travail. Dans notre article, nous vous rendons attentifs à quelques dispositions en matière de résiliation de contrat et de chômage.

 

Difficultés économiques de votre entreprise

 

Les commandes ne rentrent plus et le travail vient à manquer. Votre entreprise se doit de licencier du personnel et vous faites partie de la vague des licenciements. Malheureusement la situation est tellement grave qu’il n’a pas été possible de faire une demande de chômage partiel. Si vous perdez votre emploi dans une telle situation, nous parlons d’un licenciement économique. Votre employeur doit respecter le délai de congé stipulé dans votre contrat de travail et ne peut pas vous mettre à la porte du jour au lendemain. La première chose à faire, lorsque vous recevez votre lettre de congé, est donc d’aller relire votre contrat de travail et de vérifier le délai de congé qui y est prévu.

 

Si un grand nombre de vos collègues sont également licencié-e-s en même temps que vous, il peut s’agir d’un licenciement collectif. On parle de licenciement collectif lorsque dans un délai de 30 jours :
  • Au moins 10 personnes sont licenciées dans une entreprise employant habituellement plus de 20 et moins de 100 employé-e-s
  • 10 % des employé-e-s sont licencié-e-s dans les entreprises employant habituellement au moins 100 et moins de 300 employé-e-s
  • 30 personnes sont licencié-e-s dans les entreprises employant habituellement au moins 300 employé-e-s

 

Ne comptent bien entendu que les licenciements dont les motifs ne sont pas inhérents à la personne du travailleur.

 

Licenciement collectif et plan social
Dans le cas d’un licenciement collectif, l’entreprise se doit de consulter l’ensemble du personnel ou, si elle existe, la représentation du personnel. Sur ce point, Employés Suisse a déjà fait l’expérience que des entreprises se trouvant dans une telle situation mettaient une commission du personnel ad hoc lorsqu’elle n’en avait pas auparavant. Nos conseillers et experts en droit du travail peuvent ici vous êtes utile. N’hésitez pas à les contacter par e-mail info@employes.ch ou par téléphone 044 360 11 11.

 

Selon la taille de l’entreprise, une obligation de plan social peut également s’appliquer. Nous vous invitons à ce sujet à relire notre article paru au mois d’avril 2020 sur le plan social.

 

Dernier point important : votre entreprise peut être soumise à une convention collective de travail. Dans ces conventions, des dispositions plus avantageuses pour les employé-e-s ou des règles plus strictes à respecter lors de licenciements sont parfois prévues. Renseignez-vous bien sur ce point et n’hésitez pas à vous faire conseiller par le service juridique d’Employés Suisse.

 

Au chômage : ce qu’il faut savoir
Malheureusement, le pire des scénarios se produit : vous vous retrouvez au chômage. Il est important de vous inscrire dès l’annonce de votre licenciement et commencer directement votre recherche d’un nouvel emploi, par exemple sur les plateformes Good-Jobs ou Jobchannel. Il faut en effet être en mesure d’établir en moyenne dix à douze candidatures par mois dès le début du délai de congé afin d’éviter les jours de suspension, quel que soit le moment où l’on s’inscrit au chômage.

 

Le montant de vos indemnités journalières dépendra de votre situation personnelle, soit en particulier de votre salaire brut des 6 à 12 derniers mois précédant votre perte d’emploi et d’une éventuelle obligation d’entretien envers des enfants. Quant à la durée de perception, elle dépendra en première ligne de la durée de versement de vos cotisations et de votre âge, mais également de votre état de santé et du fait que vous ayez des enfants à charge ou non. Durant l’été 2020, le Conseil fédéral avait prolongé la durée de perception des indemnités de 3 mois pour tenir compte de la pandémie. Fin janvier, il a annoncé vouloir à nouveau mettre en place une telle mesure.

 

Dans tous les cas, prenez le temps de bien vous renseigner sur votre situation et, si vous êtes membres d’Employés Suisse de contacter par e-mail ou par téléphone son service juridique pour un conseil.

 

Virginie Jaquet
Identification
Contact
Recherche