JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Une meilleure mise en œuvre des mesures d’accompagnement est nécessaire.

Lundi, 29. Avr. 2013

Le rapport publié vendredi dernier par le SECO sur la mise en œuvre des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes montre que plus de personnes ont cherché un travail en Suisse en 2013 qu’en 2012. Les infractions ont augmenté, plus particulièrement dans les branches avec CCT étendue, ce qui est très préoccupant.

Dans son rapport, le SECO écrit que les mesures d’accompagnement atteignent leur but comme prévu. Cela donne l’impression d’un monde parfait, mais la réalité est plus sombre.

A nouveau, l’année dernière, plus de personnes sont venues travailler en Suisse durant moins de 90 jours (+ 13%). En conséquence, les contrôles ont augmenté. Les statistiques restent ainsi assez stables. Au premier coup d’œil, elles semblent positives, mais si on regarde plus dans le détail la situation est différente. Lors des contrôles dans les entreprises de détachement et auprès des travailleurs détachés, les infractions dans les branches sans convention collective de travail (CCT) étendue sont moindres, respectivement 11 et 14 %. La question qui se pose est pourquoi le taux est-il si faible ? La réponse est facile : soit il n’y a pas de salaire de référence ou celui-ci est fixé trop bas. La conséquence est que peu de salaires sont considérés comme de la sous-enchère salariale. Et comme le constate le journal « Der Bund », il manque une volonté politique des cantons pour édicter des contrats-type de travail. Le taux d’infraction dans les branches avec CCT étendue est élevé (42%) ce qui confirme le problème. Il faut ajouter que les branches avec CCT étendue ont connu une augmentation importante du taux d’infraction par rapport à l’année 2012, plus 9%.

Pour parer au dumping salarial des sanctions ont été introduites. A l’évidence, ni les mesures d’accompagnement sont suffisamment contraignantes, ni les sanctions suffisamment dissuasives. Seuls 59 pourcents des peines conventionnelles infligées aux entreprises de détachement sont payées. Employés Suisse demande que les mesures d’accompagnement soient mieux mises en œuvre. Seulement quand il y aura peu ou il n’y aura plus d’infractions, l’avenir de la libre circulation des personnes sera assuré.

 

Contacts:

Reto Liniger, communication Employés Suisse, Portable 079 467 22 77

Identification
Contact
Recherche