JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Un engagement courageux du Conseil des Etats pour lutter contre la pénurie de personnel qualifié

Mardi, 23. Sept. 2014

Le manque de main-d’œuvre qualifiée est devenu un défi pour l’économie et la société suisse depuis l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse. Le Conseil fédéral et les politiques ont reconnu le problème. Actuellement, plusieurs interventions sur ce thème sont traitées au Parlement. Le Conseil des Etats a débattu aujourd’hui du postulat « Définir une stratégie pour promouvoir la réintégration professionnelle » de Konrad Graber ainsi que le postulat « Conférence nationale sur le thème des travailleurs âgés » de Paul Rechsteiner. Ces deux postulats ont reconnu de manière juste que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée doit être combattue ou du moins atténuée entre autres par une meilleure intégration des femmes et des travailleurs âgés sur le marché du travail.

Le Conseil des Etats a approuvé les deux postulats. Il témoigne ainsi d’une volonté forte de s’attaquer au problème du manque de main-d’œuvre qualifiée et de valoriser le travail. Employés Suisse soutient ce projet.

Pour Employés Suisse, il est clair qu’il faut agir rapidement et de manière résolue pour lutter contre le manque de main-d’œuvre qualifiée. Il s’agit non pas moins de notre avenir économique et de nos places de travail.

Pour Employés Suisse, il existe au premier plan les mesures suivantes :

  • Formation et formation continue : La formation de personnel qualifié est à encourager et plus particulièrement dans les disciplines MINT (mathématiques, informations, sciences naturelles et techniques), où il y a un besoin. Ces disciplines doivent être promues à tous les niveaux. La formation n’est pas seulement la tâche de l’Etat, mais il faut aussi mettre à contribution les employeurs. Ces derniers doivent promouvoir activement la formation continue. Ils peuvent motiver leurs employés à suivre une formation et les soutenir financièrement ou par du temps accordé.
  • Conciliation entre le travail et la famille : les femmes qui ont un diplôme académique aux fourneaux est économiquement un non-sens. De simples engagements en faveur de la conciliation entre vie privée et vie professionnelle dans un contexte de pénurie de personnel qualifié ne suffisent plus. Des actes sont désormais demandés. Il faut plus de crèches et d’écoles à horaire continue. Il faut aussi l’égalité salariale entre homme et femme.
  • Emploi des travailleurs âgés : il existe un décalage entre les besoins prétendus de l’économie et la réalité des travailleurs âgés. L’économie a besoin des travailleurs âgés pour diminuer le manque de main-d’œuvre qualifiée. Mais ces derniers ont des difficultés après la perte d’un emploi de se réintégrer sur le marché du travail. Ce problème doit être résolu. Il faut aussi prendre en considération des facteurs humains: plus d’estime et de confiance vis-à-vis des travailleurs âgés.

Pour tous renseignements

Virginie Jaquet, communication Employés Suisse, 044 360 11 43

Identification
Contact
Recherche