JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Revendications salariales 2014 – 2015 Employés Suisse demande une hausse des salaires de 1,7 à 2,3 %

Mardi, 29. Juil. 2014

La productivité augmente et la conjoncture se dynamise. C’est pourquoi Employés Suisse demande, dans ses branches principales l’industrie MEM et l’industrie chimique, une hausse des salaires de 1,7 % et de 2,3 % dans l’industrie pharmaceutique. Ces dernières années, l’immigration a eu un effet atténuateur sur les salaires moyens – Employés Suisse exige plus de transparence dans le segment des salaires moyens.

« Aujourd’hui, rien ne s’oppose à une hausse raisonnable des salaires des employés », déclare Stefan Studer, directeur d’Employés Suisse. « C’est pourquoi nous demandons une hausse des salaires de 1,7 % dans nos branches principales l’industrie MEM et l’industrie chimique et une hausse de 2,3% dans l’industrie pharmaceutique qui se porte très bien ».

Plusieurs bonnes raisons parlent en faveur de telles revendications.

  • La conjoncture se dynamise et le chômage est bas. BAKBASEL prévoit dans l’industrie MEM une croissance de 1,6 % pour l’année actuelle et de 2,6 % en 2015. La croissance de l’industrie chimique et pharmaceutique devrait atteindre cette année 3,2 % et 3,6% l’année prochaine.
  • La productivité horaire va clairement augmenter. Dans la construction des machines, BAKBASEL pronostique 2,4 %, dans le secteur des appareils de traitement des données et l’horlogerie 1,3 % et dans celui des équipements électriques 1,2 %. Dans l’industrie chimique et pharmaceutique, 2,5 % est pronostiqué.
  • Un fort manque de main-d’œuvre qualifiée subsiste toujours. Suite à l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse, la situation ne se débloquera pas si rapidement.
  • Les augmentations salariales des années passées ont plutôt été modestes. La hausse des salaires réels résulte surtout d’un renchérissement négatif.
  • La situation par rapport au franc fort s’est clairement désamorcée.

La croissance se manifeste aussi dans d’autres branches, comme par exemple celles des assurances, de l’informatique et des banques. C’est pourquoi, là aussi, les salaires doivent augmenter dans les mêmes proportions.

Dans les mauvaises phases, les entreprises ont tendance à distribuer individuellement les augmentations salariales dans le but de fidéliser les bons collaborateurs. Etant donné les prévisions optimistes, Employés Suisse considère que tous les employés doivent à nouveau pouvoir profiter d’une augmentation salariale. Pour cette raison, la moitié de notre revendication doit être versée de manière générale. Un accent particulier doit être mis sur les salaires des femmes. Il est choquant que les salaires des femmes soient au 21e siècle encore clairement inférieurs à ceux de leurs collègues masculins.

Pression sur les salaires moyens

Les études d’Avenir Suissse et d’Employés Suisse ont montré depuis longtemps que non seulement les bas salaires sont sous pression, mais aussi les salaires moyens. Récemment, le SECO a présenté le 10e rapport de l’Observatoire sur la libre circulation des personnes entre la Suisse et l’UE. Un constat éveille l’attention : « La forte demande en qualifications élevées aurait plutôt dû renforcer l’évolution des salaires ». Apparemment, l’immigration a eu un effet atténuateur sur l’évolution des salaires des hauts qualifiés – soit les salaires moyens. Pour Employés Suisse, sans aucun doute, l’immigration a freiné l’évolution des salaires moyens. « Comme contre-mesure, Employé Suisse demande plus de transparence dans le segment des salaires moyens », déclare Stefan Studer. Un système des salaires transparents permet à la représentation du personnel et aux employés de s’orienter. Cela est par exemple utile lors de nouveaux engagements. Cette transparence conduit à des salaires équitables et empêche le dumping salarial.

Précisions :

Il existe de bons exemples. Employés Suisse offre aux journalistes intéressés la possibilité de connaître des exemples concrets et de réaliser un entretien avec un représentant du personnel (uniquement en allemand).

Situation et prévisions dans l'industrie MEM

Situation et prévisions dans l'industrie chimique et pharmaceutique

Pour tous renseignements

Stefan Studer, directeur d’Employés Suisse, 044 360 11 41, portable 079 621 08 19

Virginie Jaquet, communication Employés Suisse, 044 360 11 43

Identification
Contact
Recherche