JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Prévisions économiques positives – des places de travail en moins

Vendredi, 27. Sept. 2013

Si même le prudent Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) voit plus que des lueurs d’espoirs à l’horizon, le boom économique doit vraiment être de retour. Mais, dans l’industrie, des places de travail sont supprimées ou délocalisées – une pénurie de main-d’œuvre qualifiée existe pourtant. Les conséquences seront dévastatrices, quand les exportations reprendront, comme cela est prévu par les analyses conjoncturelles.

Si, en une semaine, Employés Suisse est invitée à plusieurs reprises à une séance d’information de partenaires sociaux, il ne peut s’agir que d’une crise ou d’une vague de délocalisations. De la crise, on en sort. Les prévisions conjoncturelles ne pourraient être meilleures et la croissance s’annonce. Au plus tard l’année prochaine, la reprise des exportations, comme celle de l’économie nationale, pourraient avoir lieu. Cependant beaucoup d’entreprises de l’industrie licencient leurs employés. Cette semaine, il a été annoncé :

  • la suppression de 12 places de travail chez Ruag à Altdorf en raison d’un transfert de contrat à l’étranger.
  • La suppression de 18 postes de travail chez RWMS à Altdorf, à cause d’un manque de commandes importantes et de la situation de crise en Europe ainsi que des économies faites par l’armée suisse.
  • Dans son rapport annuel 2012, l’entreprise Rieter a annoncé une adaptation des capacités de ses sites d’implantation – la croissance est surtout attendue en Asie. Environ 5% des postes de travail devraient être supprimés. La Suisse devrait particulièrement être touchée. Un résultat de 9,3 millions de francs a pourtant été réalisé durant le premier semestre 2013 ainsi qu’une redistribution des dividendes s’élevant à 11,6 millions. Plus d’informations devraient suivre dans la soirée.
  • Selon un communiqué, l’entreprise Sulzer devrait aussi annoncer des suppressions de postes de travail en raison d’un manque de commande.

Des dommages importants pour la place industrielle suisse

Les raisons à cette situation sont un manque de commandes et la délocalisation de la production en Europe de l’Est et en Asie. Pour Employés Suisse, cela est imprudent et a de graves conséquences. Des places de travail de grande valeur disparaissent ainsi dans l’industrie – une perte irréparable. Cela conduit aussi à une douloureuse perte de savoir-faire et nuit à la place industrielle suisse. En outre, une branche supprimant des places de travail et délocalisant à l’étranger ne se rend pas attractive chez les jeunes qui veulent faire une formation professionnelle. En effet, qui veut faire une formation de polymécanicien ou de constructeur de machines, quand les perspectives d’avoir une place de travail sont incertaines ? Pour beaucoup, ces professions sont peut-être seulement un troisième choix.

Réfléchir, rassembler ses forces et investir dans le futur

Employés Suisse considère qu’il est irréfléchi et irresponsable de licencier juste avant le plein essor. L’association demande aux employeurs de bien réfléchir. Les entreprises doivent prendre conscience de leurs propres forces, les rassembler et investir leur énergie dans de nouveaux projets et produits. Cela nécessite des employés motivés et fiables. La base du succès futur des entreprises doit être posée maintenant.

 

Pour tous renseignements

Virginie Jaquet, communication Employés Suisse, 044 360 11 43, 079 385 47 35

Alois Düring (RWMS und Rieter), secrétaire régional Suisse orientale, 052 202 68 54 (Alois Düring sera joignable dès 17h00 pour fournir des renseignements sur la restructuration dans l’entreprise Rieter).

Identification
Contact
Recherche