JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Non à l’initiative sur les salaires minimums - des salaires équitables restent le but suprême

Dimanche, 18. Mai 2014

Le non à l’initiative sur les salaires minimums est, d’une part, un refus à une politique salariale étatique, d’autre part, à une politisation du partenariat social. La revendication des syndicats de salaires équitables pour tous doit être atteinte avec d’autres instruments. Une révision de la loi sur la participation, plus de conventions collectives de travail et des associations de travailleurs fortes sont nécessaires.

Des salaires équitables pour tous étaient le but de l’initiative sur les salaires minimums. Employés Suisse prend connaissance avec satisfaction du non à l’initiative des syndicats. Le résultat de la votation exprime clairement que les citoyens ne souhaitent pas une politisation du partenariat social.

Le refus d’aujourd’hui d’une politique salariale édictée par l’Etat n’est pas un rejet du but de l’initiative qui reste valable. Celui qui travaille en Suisse a droit à un salaire équitable correspondant à ses capacités. Les bas salaires dans certaines branches sont purement de l’indécence. Les salaires moyens sont aussi mis sous pression par la libre circulation des personnes.

Du point de vue d’Employés Suisse, une révision de la loi sur la participation est en première ligne nécessaire afin de renforcer la position des employés dans les processus importants au sein des entreprises, par exemple lors de l’élaboration du système salarial.

De plus, nous constatons que la couverture des CCT est en Suisse encore trop faible. Des mesures sont absolument nécessaires. Beaucoup peut être atteint par la baisse des quorums nécessaires à l’extension d’une CCT. L’art de la régulation est de trouver un équilibre entre la protection des travailleurs et le besoin de flexibilité des employeurs.

Pour conclure, les associations de travailleurs doivent à nouveau plus se concentrer sur leurs activités de base : renforcer la base des membres et imposer leurs revendications par le partenariat social – non par une régulation étatique généralisée.

« Nos membres nous paient une cotisation pour que l’association défend directement leurs intérêts. En tant qu’organisation de travailleurs, nous sommes contents de ne pas devoir imposer des salaires dictés par la politique » déclare Stefan Studer, directeur d’Employés Suisse. «  Mais nous pouvons avoir un rôle actif, en tant que partenaire social fort dans les négociations salaires, par notre système de détermination des salaires qui a fait ses preuves. »

 

Pour tous renseignements

Stefan Studer, directeur d’Employés Suisse, 079 621 08 19

Hansjörg Schmid, communication Employés Suisse, 076 443 40 40

Identification
Contact
Recherche