JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Maintien de 140 emplois, grâce à la détermination du personnel de GE

Lundi, 08. Févr. 2021

L’automne dernier, le géant du secteur énergétique General Electric (GE) avait annoncé des licenciements collectifs dans diverses divisions. Les procédures de consultation sont entretemps terminées dans deux cas. Près de 140 emplois seront maintenus, grâce aux gros efforts consentis par les salarié-e-s et par la représentation du personnel. La colère reste toutefois vive face à la politique commerciale désastreuse de GE et à son mépris à l’égard du personnel.

Les annonces de General Electric de septembre et octobre derniers ont choqué. Chez GE Grid à Oberentfelden sur 619 places de travail (temporaires inclus-e-s) 562 devaient disparaître, chez Gas Power à Baden, GE voulait supprimer 84 postes. Ce faisant, GE n’a pas respecté ses engagements et a suscité l'indignation des employé-e-s, du public et du monde politique.

Forte détermination du personnel

Les procédures de consultation sont entretemps terminées dans les divisions touchées. Épaulée par les syndicats et les associations d’employés, la représentation du personnel s’est beaucoup investie et a formulé des propositions concrètes pour le maintien des emplois. Le personnel a lui aussi fait connaître son mécontentement. Il a appelé la direction de GE à retirer ses projets de démantèlement, en octobre dernier, lors d’une manifestation qui a réuni près 300 salarié-e-s devant le site d’Oberentfelden, ainsi que lors d’assemblées organisées pendant les heures de travail.

Maintien d’environ 140 emplois

Le conflit avec une direction obnubilée par les cours boursiers et ne s’intéressant guère au maintien du tissu industriel a abouti à un dénouement inhabituel, puisqu’un peu moins de 120 emplois seront maintenus à Oberentfelden et qu’à Baden, une vingtaine d’emplois ont pu être sauvés sur les 84 menacés. La déception est néanmoins bien réelle de voir toute l’activité de production disparaître d’Oberentfelden.

Outre le plan social qui bénéficiera aux personnes licenciées, les discussions se poursuivent sur d’autres mesures de soutien en raison de la situation extrêmement dure sur le marché du travail, en raison de la pandémie. La représentation du personnel et les organisations de salarié-e-s appellent ainsi GE à suffisamment ses employé-e-s licenciés, mais aussi à les soutenir dans leurs recherches d’un nouvel emploi.

Laissez-vous travailler en paix!

La revendication du personnel de GE est claire: laissez-nous enfin faire notre travail en paix! Les nombreux changements de cap des dernières années, avec autant de vagues de licenciements (entretemps, plusieurs milliers d’emplois sont passés à la trappe) constituent un affront permanent envers des employé-e-s qui exécutent consciencieusement leur travail quotidien. Une telle technique du salami, qui affaiblit dangereusement un des fleurons de notre industrie, n’est plus acceptable.

 

Renseignements :

Hansjörg Schmid, Communication, Employés Suisse, 076 443 40 40

Identification
Contact
Recherche