JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

L'industrie retrouve le goût à faire la fête

Mardi, 24. Août 2010

Exposé de Stefan Studer, directeur des Employés Suisse

 

Ces dernières semaines, les titres économiques à la une des journaux étaient tous positifs. Leur dénominateur commun: la situation de l'industrie s'est améliorée et de nombreuses entreprises regardent l'avenir avec optimisme.

Même le BAK à Bâle s'attend à une croissance du produit intérieur brut de 1,7 % pour 2011, et à une croissance annuelle moyenne de 2,1 % sur une période allant jusqu'en 2015. Il considère également que l'évolution de la consommation privée est positive. Ce constat est particulièrement important parce que la consommation est directement liée aux salaires. Celui qui gagne plus peut dépenser plus. User de retenue au front salarial ferait à nouveau caler inutilement le moteur conjoncturel de la consommation privée.

Deux fois plus d'exportations dans l'industrie chimico-pharmaceutique

Dans un monde toujours plus global et en dépit de tous les présages, l'industrie suisse a développé avec succès ses activités avec l'étranger.  Dans l'industrie chimico-pharmaceutique, les exportations ont doublé au cours de la dernière décennie! Pour les branches MEM, l'essor est là, même si l'année de crise 2009 a compensé les bons résultats des années antérieures. L'année écoulée était atypique et ne se reproduira pas sous cette forme. Les signes des temps sont favorables pour l'avenir.

L'économie suisse et surtout les branches (MEM et Chimie/Pharmacie) dans lesquelles les Employés Suisse sont actifs ont prouvé au cours des dernières années qu'elles pouvaient s'imposer avec succès sur le marché mondial. Ceci est certainement dû également à une classe moyenne qui, par le passé, a usé de retenue en termes de revendications salariales et qui a fait en sorte que les entreprises restent compétitives.

Résultat: Même si d'aucuns trinquent encore avec du mousseux au lieu de Champagne – et l'industrie pharmaceutique n'y avait pas renoncé en 2009 –, une chose est claire: La crise semble surmontée, les cheminées fument à nouveau, on remue de l'argent!


Aux employés de recevoir maintenant une part du gâteau

Les temps s'améliorent et le moment est donc également venu que tous les acteurs se portent à nouveau mieux. Une part du gâteau, et pas seulement les miettes, revient aux employés, qui se sont "serrés les coudes" pendant l'année de crise difficile et à qui on n'a servi que des amuse-bouches au cours des dernières années. C'est pourquoi les Employés Suisse revendiquent pour 2011 les augmentations de salaire suivantes:

MEM et Chimie: XL
Pharmacie: XXL

Les employés se sont assez longtemps serré la ceinture, maintenant il faut à nouveau les gratifier et leur donner davantage de marge de manœuvre économique. Concrètement, cela signifie:

une augmentation nominale générale et substantielle du salaire de l'ordre de 2 à 4 %.

Les Employés Suisse savent que ces revendications salariales de taille XL et XXL ne sont pas du prêt-à-porter – il faut parfois du sur-mesure. Certaines branches sont à la traîne de la reprise économique générale – d'autres ont même besoin de béquilles. Il faut ici procéder à des adaptations de salaire spécifiques aux entreprises – mais toujours selon le même modèle: deux numéros de plus!


Pas de coups bas au début de la carrière professionnelle!

Les sondages organisés régulièrement par les Employés Suisse auprès des membres révèlent clairement que les salaires du groupe d'âge le plus jeune n'ont guère augmenté au cours des dernières années. Il semble que les employeurs mettent la pression sur les salaires des employés qui entrent dans la vie professionnelle. C'est une stratégie – qui a des conséquences: Une fois intégré à une structure salariale, l'employé y reste tant qu'il ou elle est dans cette entreprise. De plus, les jeunes exerçant une activité professionnelle doivent de plus en plus souvent accepter des contrats à durée déterminée. Cette évolution montre que les jeunes gens ont plus de difficultés sur le marché du travail que les autres. Les Employés Suisse demandent à ce que l'on soit fair-play avec le salaire des personnes qui démarrent leur carrière.


Ne pas mettre les employés temporaires hors jeu!

De plus en plus souvent, les entreprises font appel au travail temporaire en tant qu'outil flexible. Par expérience, la part des temporaires dans les entreprises est élevée avant et après une crise. Ces employés à durée limitée ont particulièrement souffert de la crise: ils ont été les premiers à être licenciés et ils doivent maintenant de nouveau aider à satisfaire la demande.
On recherche également les employés envoyés en préretraite. Une partie de l'essor actuel est assurée à l'aide de ces employés temporaires qui avaient perdu leur travail pendant la crise. Ils sont exclus des CCT des branches et travaillent donc dans des conditions moins bonnes que les employés fermes. C'est pourquoi les Employés Suisse revendiquent également le fair-play pour les temporaires.


Mesures accompagnant l'augmentation de salaire: la formation continue et la qualification

L'industrie pourra uniquement subsister au niveau international si elle fait en sorte que ses employés soient prêts à faire face à la concurrence globale. Les investissements dans la formation et le perfectionnement assurent la position de la main d'œuvre nationale. Pendant la crise, les entreprises ont réduit leur budget de formation. L'innovation, la créativité, les connaissances techniques et les qualifications clés ne sont certes pas gratuites, mais dans tous les cas rentables à maints égards.
C'est pourquoi les Employés Suisse revendiquent que des investissements soient effectués dans la consolidation des compétences des employés et qu'ils constituent une mesure accompagnant les revendications en matière de salaires.

Résumé: Le monde de la mode a déjà oublié l'été pour se tourner maintenant vers les collections d'automne présentées dans les magasins.  La plupart des organisations d'employés ont également déjà déposé leurs idées en matière de salaires pour la saison d'automne/hiver 2011. Cette fois-ci, toutes ont des revendications similaires et faisables.

Pour les Employés Suisse, 2011 est la taille minimale, et tout se mesure en XL ou XXL. Cela vaut aussi bien pour l'enveloppe que pour le bagage de formation.

Identification
Contact
Recherche