JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

La classe moyenne perd du terrain : maintenant il faut agir

Vendredi, 16. Nov. 2012

La classe moyenne subit une pression du haut et du bas. Une étude réalisée par Avenir Suisse le montre. Employés Suisse souhaite que la classe moyenne profite plus de la redistribution. Et un deuxième revenu dans un ménage doit payer.

Les résultats de l’étude présentée aujourd’hui par Avenir Suisse confirment ceux de l’étude d’Employés Suisse. La classe moyenne a perdu du terrain par rapport aux couches supérieures et inférieures.

Les salaires réels de la classe moyenne ont augmenté en valeur réelle, cependant moins fortement que les bas et hauts salaires. Cela conduit à une polarisation de la société. Il n’est dès lors plus possible pour la classe moyenne de gravir les échelons de la hiérarchie sociale. En outre, elle se délimite de plus en plus difficilement des couches inférieures.

Pas de jeu à somme nulle pour la classe moyenne

La raison invoquée à la polarisation des salaires dans l’étude est la redistribution. Grâce à la redistribution, les couches inférieures atteignent presque le niveau de la classe moyenne. Quant à la classe moyenne, elle reste bredouille. L’association Employés Suisse revendique qu’une meilleure redistribution des couches supérieures vers la classe moyenne soit faite. Elle ne doit pas être un jeu à somme pour la classe moyenne. De plus, la redistribution- actuellement un labyrinthe déroutant de mesures se neutralisant souvent entre elles- doit être simplifiée.

Le travail doit de nouveau payer. A cause d’un système d’imposition basé sur le revenu, un deuxième revenu dans un ménage ne rapporte peu ou pas. Ce revenu supplémentaire est « dévoré » par les taxes et les impôts, respectivement par le manque de subventions. Cela désavantage la classe moyenne et doit être urgemment combattu.

Investir dans la formation

Les exigences de qualification dans l’économie ont sensiblement augmenté. Le marché du travail a besoin de plus de personnes avec un niveau de formation tertiaire. Le rendement de la formation tertiaire a fortement augmenté en comparaison à la formation professionnelle. Employés Suisse demande que des offres appropriées de formation continue soit développées. Il faut en particulier s’assurer que les personnes ayant fait un apprentissage aient la possibilité de se former dans les hautes écoles spécialisées. Notre système dual de formation est le moteur et l’âme de la classe moyenne selon le politologue Michael Hermann.

La classe moyenne n’est pas seulement financièrement sous pression, mais aussi physiquement sous pression, en particulier dans la région de la riviera vaudoise et de la côte. Ce sont précisément les régions faisant face à une concurrence internationale. Employés Suisse demande que dans ces régions des logements à des prix abordables soient créés pour la classe moyenne. Une classe moyenne forte est une garantie de démocratie stable : aussi dans ces régions prises d’assaut par les riches expatriés.

Pour tous renseignements

Benno Vogler, président d’Employés Suisse, natel 079 379 74 30

Reto Liniger, communication Employés Suisse, natel 079 467 22 77

L’association Employés Suisse est un centre de compétences et de prestations pour les employés. Plus de 23'000 employés sont membres d’Employés Suisse

Identification
Contact
Recherche