JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Grande mobilisation du personnel de GE/ex-Alstom - préserver les emplois et défendre l’industrie!

Lundi, 25. Janv. 2016

Les travailleuses et travailleurs et la population du canton d’Argovie s’élèvent contre la suppression de 1300 emplois annoncée par General Electric / ex-Alstom. Plus de 500 personnes ont réclamé aujourd’hui à Baden le maintien des emplois et ont manifesté leur solidarité avec les employé-e-s de l’industrie en Suisse.

Le message est clair: la restructuration annoncée par GE n’est pas acceptable. Les salarié-e-s demandent à GE de ne pas supprimer d’emplois en Argovie. Les postes de travail offerts jusqu’ici par l’entreprise traditionnelle Alstom sont cruciaux pour toute la région et pour la place industrielle suisse.

Unia et Syna appellent les décideurs politiques à prendre des mesures dignes de ce nom: «L’industrie nous concerne tous. On ne peut se permettre une désindustrialisation», explique Christian Gusset, responsable de la branche MEM d’Unia. Pour lui, le gouvernement argovien et le Conseil fédéral doivent imposer à GE de préserver les emplois menacés. Mathias Regotz, responsable du secteur Industrie de Syna, demande de renoncer aux suppressions d’emplois qui ne sont pas motivés par une nécessité financière et d’élaborer une stratégie nationale pour l’industrie. «Il faut créer au plus vite un groupe d’action national formé de représentants de la Confédération et des cantons, des syndicats et des associations patronales.»

L’heure est à la transparence et à une attitude responsable

Tout indique qu’en réduisant ses effectifs, GE ne cherche qu’à maximiser ses bénéfices. C’est pourquoi la représentation du personnel de GE Suisse, les syndicats Unia et Syna, ainsi qu’Employés Suisse et l’Association des employés de commerce invitent la multinationale à faire marche arrière. L’heure est à la transparence. Quels sont les postes menacés? Quels domaines est-il prévu de délocaliser? «GE se vante sur son site Internet de parler le langage de l’industrie. Or cela impose d’apprécier à sa juste de valeur et de façon transparente le savoir-faire des spécialistes de Baden», explique Christof Burkard, directeur adjoint d’Employés Suisse.

Les syndicats et les sociétés d’employés réclament concrètement que GE renonce aux suppressions d’emplois prévues pour élaborer avec la taskforce créée (dont font partie le Conseil d’Etat, la représentation du personnel, les syndicats et les sociétés d’employés) des solutions permettant de préserver durablement l’emploi dans le canton d’Argovie.

Engagement nécessaire du monde politique

La participation à la manifestation de Geri Müller, maire de Baden, et de Cédric Wermuth, conseiller national, constitue un signal clair. Aux côtés des syndicats et des sociétés d’employés, ils appellent le monde politique à prendre ses responsabilités pour sauvegarder durablement l’emploi et l’innovation en Suisse. Le Conseil fédéral, à commencer par le Président de la Confédération Johann Schneider-Ammann, doit enfin passer à l’action et présenter une stratégie digne de ce nom contre la désindustrialisation.

Pour en savoir plus:

Ernst Giger, président de la représentation du personnel de GE Suisse, 076 780 38 88

Christian Gusset, responsable de la branche MEM d’Unia, 079 745 15 19

Mathias Regotz, responsable du secteur Industrie de Syna, 044 279 71 26

Christof Burkard, directeur adjoint d’Employés Suisse 079 768 58 98

Karin Oberlin, responsable du partenariat social, Société des employés de commerce, 078 771 48 09

Philipp Zimmermann, porte-parole d’Unia, 079 241 27 44

Colette Kalt, porte-parole de Syna, 079 352 38 04

Identification
Contact
Recherche