JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Franc fort : les Employés Suisse demandent de ne pas augmenter le salaire des directeurs

Mercredi, 03. Août 2011

En raison du cours élevé du franc, de plus en plus d’employés de l’industrie sont obligés de travailler plus longtemps. Les Employés Suisse exigent que les directeurs apportent aussi leur contribution à la sauvegarde de la place industrielle, par exemple en renonçant à une augmentation de salaire ou en s’accommodant de pertes de salaire lors de la prochaine négociation salariale.

Les directeurs des plus grandes entreprises suisses sont toujours très généreux dès lors qu’il s’agit de leur propre salaire. C’est ainsi que, comme l’a calculé le Handelszeitung, les membres de leurs conseils d’administration et de leurs directions ont été en mesure d’empocher l’an dernier 10 pourcent de salaire en plus en moyenne. Ce qui représente plus du quintuple de ce qu’eux-mêmes ont accordé, en moyenne, à leurs employés. Avec, pour conséquence, une nouvelle augmentation des disparités salariales dans de nombreuses entreprises.

Il est à craindre que, lors de la prochaine négociation salariale, les membres de la haute direction fassent preuve de bien peu de modération concernant leurs propres prétentions. En revanche, il est de plus en plus fréquent qu’ils exigent de leurs employés qu’ils travaillent plus longtemps au motif de la « crise du franc fort ». C’est là pour eux un moyen de se soustraire à la problématique monétaire – auquel les Employés Suisse restent ouverts dans des cas justifiés. L’organisation demande néanmoins clairement que la haute direction apporte aussi sa contribution, en l’occurrence en renonçant à des augmentations de salaire et à ses bonus pour l’an prochain, voire en réduisant les salaires qu’elle perçoit actuellement. Franke a récemment montré que cela était possible. Compte tenu des salaires confortables perçus dans les étages directoriaux, ces revendications n’impliquent vraiment pas un gros sacrifice de leur part.

Les Employés Suisse ont fait connaître leurs exigences salariales le 22 juillet : dans l’industrie des machines, des métaux et la chimie, ils demandent, pour l’année 2012, une augmentation de salaire de 1,5 pourcent, contre 2 pourcent pour l’industrie des équipements électriques et la branche Pharmacie.


Pour toute demande de précisions :

Stefan Studer, directeur des Employés Suisse, Tél. 044 360 11 11, Natel 079 621 08 19

Hansjörg Schmid, Communication Employés Suisse, Tél. 044 360 11 21, Natel 076 443 40 40

Identification
Contact
Recherche