JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Employés Suisse dit clairement non à l’initiative jusqu’au-boutiste d’Ecopop

Vendredi, 20. Juin 2014

La mise en œuvre de l’initiative UDC contre l’immigration de masse met l’économie suisse face à des défis importants. L’initiative populaire « Halte à la surpopulation – oui à la préservation des ressources naturelles » pourrait avoir des conséquences encore plus graves ne laissant aucune marge de manœuvre. C’est pourquoi Employés Suisse la rejette comme le Conseil fédéral et aujourd’hui le Conseil national.

Depuis l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse, la libre circulation des personnes est sur la sellette. L’initiative Ecopop pourrait lui porter le coup de grâce. Elle est en effet plus radicale que l’initiative contre l’immigration de masse, car elle intervient plus fortement dans la politique migratoire et limite de manière très étroite la marge de manœuvre en la matière.

Mise en danger de l’ensemble des accords bilatéraux I

Employés Suisse ne partage absolument pas l’avis des initiants qui considèrent que les accords bilatéraux I ne sont pas mis en danger par l’initiative. L’accord sur la libre circulation des personnes devrait être dénoncé ce qui aurait en raison de la clause guillotine pour conséquence l’abrogation de l’ensemble des accords bilatéraux. Cette situation pourrait avoir de graves conséquences pour l’économie suisse et isoler la Suisse dans le domaine de la politique extérieure. De nouvelles négociations réussies sont illusoires, car la libre circulation est le noyau des accords bilatéraux avec l’Union européenne.

La libre circulation des personnes ne doit exister qu’avec des mesures d’accompagnement contre le dumping salarial et social. L’initiative Ecopop met aussi en danger ces mesures – avec la fin de la libre circulation des personnes, elles pourraient disparaître ce qu’il faut empêcher.

Un important point faible de l’initiative Ecopop est qu’elle veut résoudre un problème global par une régulation dans un petit pays. Une limitation de l’immigration en Suisse n’aura aucune influence sur la croissance de la population dans le reste du monde. L’initiative manquera donc sa cible.

Un message clair

En acceptant l’initiative contre l’immigration de masse, le peuple a exprimé ses doutes face à une immigration illimitée ce qu’il faut respecter. Mais on doit maintenant empêcher de jeter le bébé avec l’eau du bain. L’initiative UDC tolère une certaine marge de manœuvre en matière d’immigration, l’initiative Ecopop pratiquement aucune. Pour Employés Suisse, un message a été donné avec l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse. Le Conseil fédéral doit maintenant agir. Il doit empêcher que le manque de main-d’œuvre s’accentue. Les Parlementaires ont reconnu le problème lors de la session d’été en approuvant une motion qui demande au Conseil fédéral d’élaborer une stratégie dans ce but. Dans ce contexte, le rejet de l’initiative Ecopop est une sage décision. Employés Suisse suit donc la ligne du Conseil fédéral et du Parlement et dit clairement non à cette initiative jusqu’au-boutiste.

 

Pour tous renseignements

Virginie Jaquet, communication Employés Suisse, 044 360 11 43

Identification
Contact
Recherche