JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Consultation concernant la flexibilisation de la loi du travail : protection de la santé insuffisante

Mercredi, 21. Nov. 2018

En contexte de numérisation du travail, les employé-e-s souhaitent pouvoir travailler davantage de manière flexible et mobile. La Commission de l'économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E) a mis en consultation deux projets préliminaires concernant la modernisation de la loi du travail. La plateforme soutient les objectifs de l'initiative parlementaire Graber. Toutefois, les dispositions concernant la protection des employé-e-s doivent être nettement renforcées.

La plateforme estime que l'initiative parlementaire Graber visant la modernisation de la loi du travail emprunte la bonne direction. L'initiative demande différents assouplissements, voire l'abolition de la durée maximale de la semaine de travail et des directives concernant le travail supplémentaire pour les employé-e-s occupant des fonctions de cadres. Toutefois, la plateforme estime que les dispositions concernant la protection des employé-e-s sont insuffisantes et doivent être renforcées.

Ainsi, la plateforme rejette l'abolition de la durée maximale de la semaine de travail et l'application du principe de la valeur nette en matière d'heures supplémentaires annuelles. Elle propose un modèle de temps de travail annualisé plus simple et plus flexible que la législation actuelle, tout en protégeant mieux les employé-e-s par rapport à la proposition présentée par la CER-E. Cette proposition tient compte des nouveaux besoins de la société et du marché du travail et prévoit d'ancrer le travail mobile dans la loi.

La plateforme revendique les modifications suivantes de la loi du travail :

Revendications concernant la flexibilité :

  • Simplification des dispositions en matière de repos et de temps de travail : extension de la période de travail journalière à 15 heures et par conséquent une diminution possible du temps de repos à 9 heures (11 heures en moyenne durant 4 semaines)
  • Répartition flexible du travail durant la semaine de travail
  • Dispositions simplifiées du travail supplémentaire (max. 15 heures par semaine, application flexible)
  • Régime des pauses simplifié
  • Possibilité d'augmenter de manière limitée dans le temps, le temps de travail hebdomadaire à 60 heures

Revendications concernant la sécurité juridique :

  • Réglementation claire en cas de charge de travail accrue temporairement
  • Directives claires pour le travail à domicile (Home-Office) et à l'extérieur des locaux de l'employeur

Revendications concernant la protection de la santé :

  • La protection de la santé psychique est ancrée dans la loi
  • Application focalisée et surveillance des dispositions légales existantes
  • Solutions sectorielles : les branches définissent les mesures en fonction des besoins de protection de leurs parties prenantes

La plateforme rejette toute modification de la loi du travail par rapport au temps de travail accompli.

  • Aucune modification de la durée maximale de la semaine de travail (45 heures)
  • Aucune modification de la durée maximale du travail annuel (52 x 45 heures)
  • Aucune modification du travail supplémentaire annuel (170 heures, principe de la valeur brute)

Le modèle d'annualisation du temps de travail doit par ailleurs s'appliquer selon des principes de partenariat et d'égalité, et n'est envisageable que pour les employé-e-s bénéficiant d'une grande autonomie au niveau de leur travail et de leurs horaires (plus de 50%). Les employé-e-s qui travaillent selon des plans opérationnels (y compris service de piquet) ne doivent pas être soumis au modèle d'annualisation du temps de travail.

Concernant l'initiative parlementaire Keller-Sutter, la plateforme ne voit actuellement aucune nécessité de modifier la loi. Les effets de la révision de l'ordonnance 2016 concernant la renonciation à l'enregistrement de la durée du travail sont actuellement en cours d'évaluation. La plateforme attend ces résultats avant de demander d'autres assouplissements.

Réponse de la plateforme à la consultation sur la flexibilisation de la loi sur le travail (uniquement disponible en allemand)

Pour plus d'informations:

Emily Unser, Verantwortliche Media Relations und Public Affairs, die plattform, Telefon +41 44 283 45 60
Dr. Ursula Häfliger, Verantwortliche Politik, die plattform, Telefon +41 44 283 45 78


La plateforme représente les intérêts communs dans la sphère politique et publique d’Employés Suisse, de la Société des employés de commerce, de l’Association suisse des cadres, de la Société zurichoise de gestion des ressources humaines et de veb.ch, l’organisation suisse des experts en finance, controlling et comptabilité. Ensemble, ces associations défendent les intérêts de quelque 88 000 membres sur des thèmes de politique de formation, de politique économique et de politique des employés. Le but est de concentrer leurs intérêts politiques supérieurs et de contribuer à la percée de solutions consensuelles et de compromis.

Identification
Contact
Recherche