JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige
  • teaser schmal typ

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Centre de compétences et de prestations

Alstom veut supprimer 130 places de travail et en créer 55 en Suisse - Employés Suisse demande un replacement interne des employés licenciés

Mercredi, 06. Nov. 2013

Alstom restructure de nouveau. Il est important qu’aucune perte de savoir-faire ne se produise.

La série des licenciements – malgré les bonnes prévisions économiques – n’en finit pas dans l’industrie MEM. L’exemple le plus récent est Alstom. Dans le secteur « Gaz », 130 places de travail devraient être supprimées, tandis que 55 nouveaux postes de travail devraient être créés dans la recherche et le développement. D’autres suppressions de postes sont planifiées dans le domaine « Système d’information interne et Technologie » – le nombre de places concernées n’est pas encore connu.

Employés Suisse constate que l’histoire se répète chez Alstom. Le groupe supprime des places de travail à court terme, puis en crée de nouveau et en re-supprime. Employés Suisse se demande si le management suit vraiment là une stratégie durable.

Même si, aujourd’hui, les licenciements ne se font pas à grande échelle, chaque suppression de poste est liée à un destin. Employés Suisse demande à Alstom d’examiner s’il est vraiment indispensable de supprimer ces places de travail. Durant la consultation à venir, il faut garantir le maximum de places de travail.

Cette consultation sera d’abord menée au niveau européen, environ jusqu’à février 2014. Ensuite, elle se déroulera en Suisse. Cette longue phase de consultation a des désavantages et des avantages. D’un côté, les employés ne savent longtemps pas s’ils sont concernés par les suppressions de postes de travail ou non. Cela va gâcher les fêtes de fin d’année de certains. D’un autre côté, les partenaires sociaux ont suffisamment de temps pour élaborer des mesures pour atténuer les conséquences de la restructuration.

Employés Suisse demande que le minimum de places de travail soit supprimé. Si, malgré tous les efforts, des places de travail devaient être supprimées, les personnes licenciées doivent se voir offrir, si possible, une nouvelle place à l’interne. Cela évite une perte de savoir-faire. Si un replacement interne n’est pas possible, les employés concernés doivent être activement soutenus dans la recherche d’un nouvel emploi. Aucun licenciement ne doit conduire au chômage.

Pour tous renseignements

Virginie Jaquet, communication Employés Suisse, 044 360 11 43

Identification
Contact
Recherche