JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige

... pour une classe moyenne qui a un avenir

Licencié? Et maintenant?

Mercredi, 01. Mai 2013

René Meier a l’impression d’être poursuivi par la malchance: non seulement une mauvaise fièvre l’a cloué au lit, mais il vient aussi de recevoir une lettre de licenciement tout juste cinq mois avant de fêter ses 10 ans d’ancienneté. Il comptait bien sur le cadeau que le règlement du personnel lui destinait pour l'occasion. René Meier ne comprend plus: le certificat intermédiaire établi récemment était élogieux, aussi bien à l’égard de son travail que de son comportement. Déconcerté, il contacte le service juridique d’Employés Suisse et demande si son employeur a le droit de le mettre ainsi à la porte, sans autre forme de procès.

Pas de délai d’attente en cas de licenciement sans préavis

René Meier était malade lorsqu’il a reçu sa lettre de licenciement. De plus, la lettre de licenciement lui est parvenue pendant le délai d’attente applicable à ce type de licenciements. De ce fait, le licenciement n’est pas valable. Si l’employeur entend vraiment se débarrasser de Monsieur Meier, il devra reformuler le licenciement lorsque celui-ci ne sera plus malade ou que le délai d’attente aura expiré. Le délai d’attente ne s’applique pas dans le seul cas d’un licenciement sans préavis pour motif grave et s’applique aussi en cas de maladie de l’employé. Par contreles employés en période d’essai ne sont pas protégés d’un licenciement pendant un arrêt maladie.

Ces règles s’appliquent aussi aux licenciements prononcés pendant le service militaire, le service civil, en cas d’accident ou de grossesse. Une semaine plus tard, rétabli, René Meier retourne au travail. L'employeur a réalisé son erreur et le licencie à nouveau. Le nouveau licenciement est maintenant valable.

Le délai de préavis est régi par le CO

Dans le cas ci-dessus, il est possible que l’employeur ait prononcé le licenciement pour ne pas avoir à payer la prime d’ancienneté. Un licenciement pour ce motif serait certes valide, mais il n’en serait pas moins abusif. René Meier devrait contester son licenciement par écrit auprès de son employeur et ce, avant la fin de son préavis. Il peut poursuivre son employeur en justice jusqu’à 180 jours suivant la fin de son contrat de travail. Et si un licenciement abusif entraînait la résiliation du contrat de travail, René Meier pourrait, dans un tel cas, demander des dommages et intérêts.

Si un licenciement n’est ni nul, ni abusif, il convient de s’assurer que l’employeur a bien observé le délai de préavis. Si ce délai n’a pas été stipulé par écrit, il est fixé par le Code des Obligations. René Meier devrait exiger immédiatement un certificat intermédiaire qu’il pourrait joindre à tout dossier de candidature déposé pendant sa période de préavis. En effet, ce certificat est incontestablement son passeport pour un nouvel emploi.

Rechercher activement un nouvel emploi

Après avoir reçu sa lettre de licenciement, il devra s'inscrire immédiatement et en personne auprès du service régional de placement (ORP) ou de la commune, et présenter tous les documents nécessaires, tels que le certificat AVS, son attestation de domicile, son contrat de travail, sa lettre de licenciement, les certificats établis par ses derniers employeurs, ses attestations personnelles de formation et de formation continue, ses lettres de candidature, les documents attestant ses efforts en matière de recherche d'emploi depuis son licenciement. Auprès de l'ORP, René Meier pourra choisir la caisse de chômage dont il dépendra pendant toute sa période d’inactivité. L'ORP le conviera à une journée d’information puis, ultérieurement, il se rendra à des entretiens de conseil et de suivi.

Après s’être vu signifier son licenciement, René Meier doit rechercher activement un nouvel emploi, ce qui signifie que ces démarches doivent être accomplies dès la période de préavis. S’il ne respecte pas cette obligation, il encourt une sanction de la caisse de chômage. Afin de lui permettre de chercher un nouvel emploi, son employeur doit lui accorder quatre heures par semaine, qui pourront être prises à raison de deux fois deux heures.

Identification
Contact
Recherche