JavaScript ist in Ihrem Browser deaktiviert. Ohne JavaScript funktioniert die Website nicht korrekt.

Affiliation à Employés Suisse

Buts d'Employés Suisse

  • Offrir les meilleures conditions de travail possibles
  • Assurer l'employabilité permanente
  • Négocier, mettre en œuvre et assurer le suivi de conventions collectives de travail

Des prestations attrayantes

  • Conseils juridiques et protection juridique
  • Conseils gratuits pour toute question concernant votre assurance maladie ainsi que des rabais sur vos primes d’assurance complémentaire
  • De nombreux rabais et prestations attrayantes

Cotisation membre

  • Les membres individuels dans toutes les branches et dans la branche MEM sans attestation de solidarité payent CHF 150.- par année.
    Les membres individuels dans la branche MEM avec attestation de solidarité payent CHF 260.- par année. Après le renvoi de l’attestation de solidarité, un remboursement de CHF 170.- est rapidement effectué (ristourne attestation de solidarité CHF 60.- et subvention CHF 110.-). La cotisation nette s’élève à CHF 150.-.
  • Les membres retraités payent CHF 60.- par année. Ce montant est uniquement valable pour les membres dont le statut de membre est transféré sans interruption à celui de retraité.
  • Les apprentis jusqu’à 26 ans payent CHF 30.- par année.
Schliessen
  • teaser schmal rotharige

... pour une classe moyenne qui a un avenir

50 % n’est pas toujours 50 %

Mercredi, 29. Mars 2017

Fritz Vakanze et Gustave Sybarite sont de bons amis. Tandis que Fritz Vakanze travaille à 100 %, Gustave Sybarite profite de la vie et de sa joie d’être père, il est actuellement au chômage. Il aimerait cependant travailler à mi-temps, c’est pourquoi il cherche un emploi à 50 %. Il percevrait ainsi plus que 50 % des prestations de l’ORP.

Le printemps est là et le pollen rend la vie difficile à Fritz Vakanze et Gustave Sybarite. Les deux sont mis en arrêt maladie à 50 % durant six semaines par leur médecin de famille. Ils décident de partir à la mer, à Cannes, afin de libérer leurs voies respiratoires avec la brise fraîche de la mer. Ils espèrent ainsi voir leur souffrance s’alléger. Ils veulent également profiter du savoir-vivre français.

Fritz Vakanze saisit une semaine de vacances auprès de son employeur. Etant donné qu’il est en incapacité de travail à 50 %, il n’inscrit que les matins comme vacances. Il ne prend pas en considération les après-midi comme du temps de vacances, car il est en incapacité de travail à mi-temps. Gustave Sybarite annonce ses vacances à l’ORP.

Face de carême

Les deux amis profitent de la vie en France. Reposés, ils rentrent en Suisse. C’est là qu’ils prennent une gifle en peine figure.

L’employeur de Fritz lui a déduit des journées entières de vacances et non des demi-journées. Il explique que cela est correct, car Fritz est parti en vacances. Il était donc en capacité de prendre des vacances de toute évidence.

Gustave reçoit de l’ORP pour son incapacité de travail une douloureuse facture. Alors qu’il conserve l’entier de ses indemnités journalières durant ses vacances, il ne reçoit durant la période de son incapacité à 50 % que le 50 % de son droit. Gustave Sybarite proteste et déclare qu’il n’était malade que durant les 50 % où il était libre et durant les 50 % restant il a cherché à plein temps un nouvel emploi. L’ORP ne se laisse pas attendrir et ne lui verse que 50 % de son droit de 50%.

Les deux s’énervent et se renseignent auprès d’Employés Suisse pour savoir comment procéder auprès de l’employeur respectivement de l’ORP.

La situation juridique parle en défaveur de Fritz et Gustave

Le cas de Fritz Vakanze

Si quelqu’un part en vacances bien qu’il soit en partie en incapacité de travail, il doit noter le jour entier de vacances. Il est pleinement dans la capacité de prendre ses vacances. Si, en raison d’une incapacité de travail de longue durée, il devait percevoir des indemnités journalières et ainsi un salaire plus faible, il aurait, durant ses vacances, un droit à un salaire à 100%, car durant ce temps, il est en capacité totale de prendre des vacances, c’est-à-dire en bonne santé pour les vacances.

Le cas de Gustave Sybarite

L’ORP réduit correctement le droit de Gustave. Etant donné qu’il cherchait une place de travail à 50 %, il n’avait qu’un droit à une perception des prestations à 50 %. Mais étant donné qu’il est en incapacité de travail à 50 %, l’ORP peut lui réduire ses prestations à partir d’un certain moment. Il a donc procédé correctement.

Dr Alex Ertl, avocat chez Employés Suisse

Identification
Contact
Recherche